Le Chablais et le Grimpeur
  
 
 
Ouvreurs / équipeurs / rééquipeurs
Grimper et se faire plaisir dans une voie est le fruit d’un travail souvent méconnu et laborieux, surtout en Chablais où l'herbe fait preuve d'une vitalité redoutable. Il semble donc normal de remercier vivement les ouvreurs/équipeurs les plus actifs de ces dernières années :
Alain Séchaux, Alex Saunier, Baptiste Chaffanel, Christian Charrière, Christophe Avart, Daniel Perret-Jeanneret, David Coex, Denis Condevaux, Didier Bonnaz à qui revient sans conteste possible la palme d’or de l'équipeur pour sa ténacité et son travail absolument colossal effectué aux Piliers au-dessus d’Abondance, Eric Gelineau, Eric Magnin, Guillaume Meynet, Jean Gréloz, Jean-Baptiste Loyson, Jean-Marie Recht, Jean-Michel Gréloz, Jean-Pierre Bernard, Jean-Yves Fredriksen, Laurent Desuzinge, Laurent Gréloz, Laurent Monnet, Michel Bottaro, Michèle Carli, Nicolas Condevaux, Pascal Deligeon, Patrick Mégevand, Pierre Cier, Raymond Gros, Rémi Riquet, Sylvain Brondex, Sébastien Moatti et à tous ceux que j'ai oublié ou qui aident souvent dans la plus grande discrétion.
Et que ces remerciements, aux jeunes ou presque moins jeunes, n’enlèvent rien aux mérites des anciens qui ont ouvert, il y a quelques décennies, du bas, avec un matériel techniquement à des années lumière du spit, des voies dont l’intensité de l’engagement fait verdir de trouille les plus mutants et intrépides gamins de notre siècle.

Les voies équipées trop exposées, fruits de quelques errances des années 80, sont progressivement rééquipées : n’en déplaise à certains c'est mieux ainsi. Pour s'en convaincre, je paraphraserai un adage de Georges Livanos : « mieux vaut un spit en plus qu'un grimpeur en moins » (le corollaire Livanesque : « surtout si le grimpeur, c'est moi » a été supprimé !).
Nouvelles voies, corrections et commentaires
Toutes collaborations à la mise à jour de ce topo papier ou de la version en ligne (commentaires, corrections, nouvelles voies, rééquipement... ) sont les bienvenues. Pour cela, connectez-vous à : www.chablais-grimpe.com et laissez-moi un commentaire ou envoyez-moi un message.
Matériel d'équipement : d'où vient t-il?
Contrairement à la plupart des régions d’escalade françaises où l’équipement est financé ou fourni par les clubs d’escalade voire même les collectivités publiques, les équipeurs chablaisiens paient (à quelques rares exceptions près) le matériel de leur poche et ce, sans chercher à en tirer de quelconques lauriers. Cela permet, en outre, un développement tempéré des secteurs d’escalade, dans le respect de ce rocher que l’on nous fait l’honneur de nous confier, en laissant le qualitatif l’emporter sur le quantitatif, et surtout, en laissant aux générations futures quelques maigres restes d’espaces vierges. Cette pratique, à l'opposé des équipements industriels, se rapproche donc de celle de nos voisins équipeurs helvètes. Et, il suffit d’aller voir ce qui se passe sur les falaises suisses, à quelques kilomètres de chez nous, pour constater que cela n’empêche en rien de faire un boulot exceptionnel.
Mais ouvrir, équiper ne se résume malheureusement pas à percer et planter des spits. En terrain estampillé 2017, c'est-à-dire en terrain où toutes les lignes exemptes de traces d’herbes et de rochers branlants ont déjà été équipées, et où l'on ouvre dans ce qui reste, il faut compter en moyenne : Bien sûr, on peut restreindre la qualité du nettoyage des voies, mais le résultat ne s’inscrira pas dans la durée et, au final, la voie sera ignorée : ce serait donc équiper inutilement.
Quelques règles civiques profitables à toute la communaute grimpante
Quelques bonnes manières ou règles de bon sens peuvent aider à ce que l’escalade reste un plaisir pour tous. Rassurez-vous, il n’y a là aucune leçon de morale. Voilà, c’est tout et cela devrait déjà largement suffire à préserver la qualité et donc, le plaisir tiré de notre activité.