Topo - Région Aulps/Morzine - Secteur Maudit
  
 
 
Le versant nord des Terres Maudites propose sur sa partie droite une face rocheuse de 400 mètres. Plusieurs itinéraires de difficulté moyenne y sont tracés. Ce sont des escalades d'adhérence, pas du tout athlétiques. Toutes utilisent le même départ, mais seules La Morzinoise/Korbé et Maudits Bl'héros sont équipées. La voie de Shin-Na et du Darbon sont peu ou pas équipées et leur tracé est plus incertain. Toutes les voies de ce secteur ne sont fréquentables que pendant la saison chaude (généralement à partir de mi-juin) lorsque les dalles sont sèches. En début de saison, un épais névé recouvre le départ de la voie mais sans réellement gêner. Si l'on a le temps, et le goût pour la dalle, il est tout à fait possible de gravir La Morzinoise et de redescendre en rappel pour enchaîner avec Maudits Bl'héros (ou l'inverse) : ça ne donne pas moins de 750 m d'escalade intéressante.

L’équipement de « Maudits Bl’héros » a été émaillé d’une petite anecdote qu’il me tarde de vous conter. Depuis le temps que l’on nous faisait le reproche de ne point ouvrir de voies très faciles, c’est à dire en 4/5 maximum, nous avions dans la tête, Dominique et moi, de démentir ce mauvais procès. La face Nord des Terres Maudites et ses immenses dalles compactes et très propres sont tout à fait propices à ce genre d’exercice. De plus, même si cette face nord à été parcourue ces vingt dernières années dans tous les sens, mise à part la très belle Morzinoise, aucune autre voie bien équipée ne la parcourt et c’est bien dommage. L’idée germa donc d’équiper une belle ligne dans les belles et vastes dalles compactes situées entre la voie du Darbon et la Morzinoise. Bien sûr, aucun exploit en vue, l’itinéraire ne devant pas dépasser le 4. C’est ainsi que en tout début de matinée de ce mercredi 13 août 2003 nous remontons les 300 m de l’approche, les sacs chargés de spits et d’accus. Une cordée est déjà dans la première longueur, deux autres nous talonnent. Le relais de la première longueur est commun avec celui de la Morzinoise, puis nous partons tout droit, laissant de côté la grande traversée sur la gauche. Le rocher propre et bien structuré nous permet une grimpe rapide, quasiment sans protection mis à part un spit à 5 m au départ pour marquer le démarrage de la voie. Arrivé au bout de la première longueur de 50 m j’entreprends la pose de deux points pour équiper le relais. Quelqu’un m’interpelle alors du haut. N’ayant pas vraiment compris la question je lui demande de  répéter :
- Vous faites quoi là ?
Surpris par la question, j’hésite un instant à lui jeter une réponse ironique, puis finalement j’opte pour un laconique :
- Ben, nous essayons d’équiper une nouvelle ligne.
Vous remarquerez que j’emploie le modeste terme d’équiper et non pas d’ouvrir tant il est vrai que ces dalles ont déjà été parcourues de long et en large. L’individu, perché quelques 80 mètres au-dessus de moi, rentre alors dans une fureur noire, dont voici quelques-uns des éléments les plus marquants :
- Y’a rien à équiper ici, vous allez envoyer les grimpeurs dans un piège, ils vont faire tomber des pierres…., z’avez qu’à passer dans la Morzinoise comme tout le monde.
Un piège, et pourquoi donc ? Les trois longueurs avant la grande vire sont superbes avec au maximum un pas de 4 par-ci, par-là, et nous n’y voyons bien au contraire que du plaisir. Les pierres, en gravissant ces longueurs, nous n’avons pas réussi à en décrocher, tant le cailloux est propre. De plus, nous avions décidé de passer sur la gauche de la ligne de rappel complémentaire qui démarre de la grande vire (ligne d’ailleurs à l’utilité discutable, car ça se descend très bien dans la voie et puis la plupart des cordées sortent au sommet de l’Avouille). Conciliateur, je lance :
- Ecoutez, la ligne me semble pourtant fort belle et agréable, et puis si ce n’est pas le cas, nous démonterons les rares spits que nous avons mis. Parcourez-la et vous nous donnerez votre avis (c’est vrai, tout est discutable, encore plus quand on discute dans le calme et devant une bonne bière). Réponse rageuse de l’agité :
- C’est pas la question.
Ouaip, et à ce jour, nous ne savons toujours pas qu’elle est la question. L’homme de dialogue, de plus en plus énervé, continue de bramer. Passablement agacé, je lui demande :
- Mais vous êtes qui, vous ?
- Personne !
Hum, voyant que j’avais manifestement affaire à un courageux, je baissais la tête, histoire d’en rester là. Mais l’homme, manifestement guide de son état (il emmenait ce jour deux clients anglais, tout à fait sympathiques au demeurant) nous allons l’appeler « Personne », « Bruno Personne » puisque ses clients l’appelaient Bruno, était remonté à bloc. Donc, « Bruno Personne » commença un monologue richement structuré sur base d’injures.
- Tout a déjà été fait ici, pauvres Blaireaux, y’a plus rien à faire sur cette face, tu vas voir tes spits.
Traduction : barre-toi de mon rocher. Vous remarquerez que « Personne » était passé au tutoiement, signifiant ainsi que nous avions fini de faire connaissance. Je tentais bien un :
- On se calme.
Mais le sanguin était manifestement incontrôlable et continua son florissant monologue :
- Tu vas voir tes spits, blaireau, gros connard, …et tu vas voir tes spits ce que je vais en faire.
Ca faisait penser à un sketch à la Desproges. Enfin, après un dernier râle incompréhensible, « Bruno Personne » s’en fut en sautillant dans les belles dalles du Korbé.
Avouons-le, nous étions bien déconcertés, Dominique et moi. En plus de 20 ans de grimpe et d’ouverture de voies, jamais nous n’avions été confrontés à situation aussi débile. Heureusement, les vastes et belles dalles compactes au-dessus de la grande vire eurent vite fait de nous redonner le moral et de nous conforter dans le bien fondé de notre « téméraire » entreprise. Tout en grimpant, nous avions pris notre décision : le Sieur « Personne » touchait à un seul de nos spits, et nous les « Maudits Bl’héros » nous portions plainte contre lui (il avait stupidement et clairement hurlé ses intentions devant au moins 6 personnes). Et puis, et puis, le temps passant, nous nous sommes dit que le Chablais n’avait pas besoin d’une nouvelle polémique dérisoire qui fait tant rigoler nos voisins. En tout cas, nous ne voulions pas en faire partie. Ainsi nous avons décidé de ne pas équiper, dans un premier temps, les trois premières longueurs jusqu’à la grande vire (dommage car le rocher y est très beau) et nous nous sommes contentés des belles dalles supérieures. Comme ça, « Bruno Personne », le Seigneur des lieux, gardera ses lignes de rappel intactes pour lui tout seul et par la même occasion ses desseins incompréhensibles. Et puis, à moins d’être aveugle, difficile d’ignorer qu’il est des combats plus importants, non ? Comment dites-vous ? Y’a un paquet d’aveugles dans le monde…? Allez, Carpe Diem.

A titre d’amusement, je me suis livré à une petite recherche : savez-vous combien de personnes ont pour nom de famille « Personne » en France ?
- 431 sur l’ensemble du territoire
- 32 sur Rhône Alpes
- et 4 sur le 74.
Par contre, …aucune de ces « Personne » n’a pour prénom Bruno J.

Wahil Saïd            Thonon, le 16 août 2003.
 EN BREF -  INFORMATIONS SUR LE SECTEUR En savoir plus...
Intérêt secteur : Beauté secteur : Orientation : Nord Altitude : 1650 m
Temps approche : 25 mn  Période : mi-juin à mi-octobre Enfants :  - Pluie : Sèche lentement, résurgences
Soleil en été : 15h-19h Equipement : TA & Spits Ø10 Style escalade : Peu raide Pour qui : Avancé
Voies/longueurs : 5 / 39 Difficultés : 4a à 5c Dénivellations : 350 à 400 m Carte : I.G.N. 3530 ET - Samoëns
DESCRIPTION DES VOIES DU SECTEUR
  
?            Nom de la voie            Cotation Max Orient. Hauteur Obligé          Équipement                   Matériel           Desc. Type Q. équip. Intérêt
  • [10]
D inf 4c Nord
  • 400m
4b
Ouvreurs: Gillier / Racine / Renaudin / Richard / Rock, en août 1979 / Ouverture du bas
Description: L'itinéraire parcourt d'immenses dalles qui sont étonnamment propres malgré leur inclinaison modeste. L'itinéraire original qui, après la grande vire, faisait une grande boucle sur la gauche est abandonné et passe par le Vol du Korbé (si l'on utilise cet itinéraire original la cotation d'ensemble passe à AD+). Depuis le R1, traverser largement sur la gauche (sangle qui pendouille) : on laisse Maudits Bl'héros qui passe droit au-dessus. Le matériel en place est très hétéroclite et fait la synthèse de plusieurs générations d’équipements. Certains passages sont exposés. Les grimpeurs ayant juste le niveau requis trouveront les points espacés, surtout dans les longueurs en dalle où la pause de protections complémentaires n'est pas possible.
Cotations: L1: 4b / L2: 4a / L3: 4b / L4: 5a / L5: 4c / L6: 4a / L7: 5a / L8: 4b / L9: 4a / L10: 4a / L11: 5a / L12: 4a (corde tendue, mais relais possible) / L13: 5a puis 100 m de pentes d'herbes faciles (sentier mal marqué) jusqu'à la crête de l'Avouille (2000 m).
Descente: Trois solutions:
- S'arrêter à R10, avant la grande traversée sur la gauche, et descendre en rappel dans la voie. Lorsque l'on rejoint la grande vire du R4 il est possible d'utiliser une ligne de rappel située sur la droite de cette vire mais ça descend aussi très bien directement dans la voie.
- De la croupe de l'Avouille suivre le sentier de la voie normale de la Tête de Bostan.
- De la croupe de l'Avouille remonter jusqu'à la sortie du couloir Central (2210 m). Descendre par le sentier escarpé du Pas de la Latte (marques jaunes). Légèrement plus long que la descente par la voie normale mais bien sympa.
Vos commentaires:
Nombre : 11 Dernier : 14 juillet 2013   11:49  Voir les commentaires Faire un commentaire

  • [6]
D 5b Nord
  • 400m
4c
Ouvreurs: Thierry de Beffort / André Nicolin / Jean-Pierre Bernard, en 1979 / Ouverture du bas
Nouveau tracé Jean-Pierre Bernard / Jean-Marie Recht, en juin 2011 et septembre 2012
Description: Quelques très belles longueurs passent directement dans les grandes dalles compactes et couchées qui occupent la deuxième moitié de la face. L'itinéraire passe dans des petits toits à leurs points de faiblesse. Quelques longueurs communes avec la Morzinoise. Dans quelques passages les points sont espacés.
Cotations: L1: 5b / L2: 4b / L3: 5a / L4: 4c / L5: 4a / L6: 5a / L7: 4b / L8: 4a / L9: 4a / L10: 5a / L11: 4a (corde tendue, mais relais possible) / L12: 5a puis 100 m de pentes d'herbes faciles (sentier mal marqué) jusqu'à la crête de l'Avouille (2000 m).
Descente: Idem « Morzinoise ».
Vos commentaires:
Nombre : 12 Dernier : 14 juillet 2013   11:57  Voir les commentaires Faire un commentaire

  • [16]
D sup 5c Nord
  • 350m
5a
Ouvreurs: Dominique Filippetto / Wahil Saïd, le 13 Août 2003 / Ouverture du bas
Description: La voie démarre au pied de la dalle, en contrebas, à droite de la « Morzinoise ». Le premier relais est commun avec la « Morzinoise ». La seconde longueur laisse la Morzinoise qui traverse sur la gauche et monte tout droit dans un petit dièdre caractéristique. Depuis le R1, en deux longueurs et demie de 3/4, on rejoint la grande vire. Les trois premières longueurs sont restées non équipées jusqu’en juin 2004 (voir le commentaire ci-dessus). Dans L2, L3 et L4 ne pas tenir compte des relais sur chaîne grise (légèrement décalés sur la droite) que l’on trouve à mi-longueur : poursuivre. Au-dessus de la grande vire, la voie passe tout droit dans de magnifiques grandes dalles couchées. Dans L8, on croise sur 20 m la voie du « Shi-Na », avant de retrouver, de nouveau, de splendides dalles dorées. Depuis R9, une grande traversée d'environ 40 mètres (bien équipée) permet de rejoindre un éperon herbeux qui marque la fin de la voie. Depuis R8 il est possible d’accéder directement à R10 : traverser 10 m sur la droite en descendant légèrement le long du surplomb (un gollot), puis monter dans une large fissure (un gollot) qui donne accès sur la droite l'éperon herbeux et au relais R10 (marqué échappatoire sur le topo).
Le retour se fait en 9 rappels ou par une montée de 100 m de pentes d'herbes jusqu'à la crête de l'Avouille (2000 m) où l’on retrouve la voie normale de la Tête de Bossetan.
Encordement de 50 mètres nécessaire. La première longueur, très longue (50 mètres sans un poil de rab), nécessite 14 dégaines.
Cotations: L1 : 5c / L2: 4c / L3: 4b / L4 : 4b (cette longueur traverse la grande vire) / L5: 5c / L6: 4c / L7: 4a / L8: 4c / L9: 4b / L10: 4b (en traversée sur la droite) puis rappels ou 100 m de pentes d'herbes jusqu'à la crête de l'Avouille (2000 m).
Descente: Deux solutions :
- En rappel : de R10, effectuer un premier rappel (45 mètres) légèrement pendulaire sur la gauche (sans difficulté sur ces dalles couchées) qui amène à un relais situé en dehors de la voie et spécialement équipé pour faciliter la descente. Le rappel suivant, toujours légèrement pendulaire sur la gauche ramène à R7. La suite des rappels s’effectue dans la voie. A trois exceptions près, tous les rappels font 50 m.
- Par l'Avouille : depuis R10, descendre d'environ 5 mètres jusqu'à un premier sapin équipé d'une cordelette puis poursuivre d'une dizaine de mètres dans l'herbe jusqu'à deux autres sapins. Traverser sur la gauche (juste au-dessus des sapins) pour rejoindre une vaste combe herbeuse en pente douce. Remonter jusqu'à une large dalle faiblement inclinée, puis prendre sur son centre une veine herbeuse qui donne accès aux pentes d'herbes supérieures. Contourner la barre de l'Avouille par la gauche et revenir à droite pour sortir sur la crête vers 2000 m. Depuis la crête, idem Morzinoise. La descente à pied en passant par l’Avouille est plus rapide que la descente en rappel (compter 1h30 à pied). Elle est facile mais désagréable, voire dangereuse lorsque l'herbe est grasse. Dans ce cas préférer la descente en rappel.
Vos commentaires:
Nombre : 39 Dernier : 18 août 2013   20:21  Voir les commentaires Faire un commentaire

  • [1]
AD 4a Nord
  • 400m
4a   
Ouvreurs: Jean-Pierre Bernard / André Nicolin, en automne 1978 / Ouverture du bas
Description: Depuis la grande vire du R4 de la Morzinoise, traverser sur la droite jusqu'à rejoindre une grande fissure cheminée qui suit le bord droit des grandes dalles. Poursuivre jusqu'à un large surplomb (bord des larges dalles supérieures) que l'on évite facilement par la droite. Poursuivre par un large couloir jusqu'à la barrière rocheuse supérieure. Traverser sur la gauche juste sous la barrière rocheuse et rejoindre la « Morzinoise ». Itinéraire non équipé.
Cotations: Longueurs en 3/4a.
Descente: Idem « Morzinoise ».
Vos commentaires:
Nombre : 0 Dernier : ---  Voir les commentaires Faire un commentaire

  • [1]
AD 4b Nord
  • 350m
4a   
Ouvreurs: Jean-Pierre Bernard / André Nicolin, au printemps 1978 / Ouverture du bas
Description: Démarre avec la « Morzinoise ». Entame la traversée qui mène à R2 puis tire sur la gauche sur un pilier pour rejoindre la large vire principale. On poursuit par la large cheminée encombrée de blocs qui borde le grand pilier à l'ouest des dalles. On débouche à la brèche à droite de la barrière rocheuse supérieure. Gagner à droite des pentes herbeuses que l'on suit jusqu'à la tête de l'Avouille. Itinéraire non équipé.
Cotations: Longueurs en 3/4b.
Descente: Idem « Maudits Bl'héros ».
Vos commentaires:
Nombre : 0 Dernier : ---  Voir les commentaires Faire un commentaire